• Pour toi Maman quelque part ...

     

    Comme ce fut si souvent le cas au cours de ta vie, c’est autour de toi que nous nous réunissons tous aujourd’hui, Maman.

    Épouse, Mère, Grand-Mère, Marraine ou amie … tu as été tout cela pour nous et tu le resteras.

    L’énergie extraordinaire qui t’a animée tout au long de ton existence et qui - même dans la maladie - ne t’a pas quittée est à présent un trésor pour nous tous.

    C’est dans cette énergie que nous puisons pour faire face à ta disparition et au vide immense qui s’est installé en nous.

    La multitude des souvenirs qui s’entrechoquent dans ma tête est la preuve à la fois de l’importance que tu avais dans ma vie et de la richesse de ce que tu m’as apporté.

    Tu prenais des autres un soin particulier. Nous essayons de ne pas être triste, car nous voulons que d’où tu es, tu saches comme tu nous as rendus heureux.

    Je me souviens de tes paroles lorsque tu as appris que tu souffrais de cette horrible maladie – Tu étais heureuse d'avoir vu grandir tes enfants, petits enfants et arrière petits enfants

    Et tu nous a demandé de faire de même, d'être heureux dans la vie et de profiter de chaque instant qui passe,

    J’ai été dure parfois, bête souvent, insolente même … tu m’as toujours accordé ton pardon avant même que je ne te le demande. Tes remarques et tes questions lucides par contre m’ont fait avancer, et c’est en te regardant te battre que j’ai appris à ne jamais me laisser aller.

    Merci  ma petite Maman, repose en paix et sois certaine de toujours rester vivante en moi.

     

    Pour toi Maman quelque part ...

     Maman

    Lorsque je prononce ce mot :
    'Maman', mon cœur se remplit de tendresse et de tristesse,

    Du plus loin que je me souvienne,
    Tu as toujours été pour moi une femme forte
    Que je respectais, que j’aimais.

    Alors que nous étions enfant 

    Tu nous a porté à bout de bras

    Tu as vaincu les obstacles qui se dressait devant toi

    Tu as vaincu les médisances

     

    Parfois même contre vents et marées tu as lutté

    Sans jamais abandonner

    Pendant de nombreuses années

    Tu as été notre pilier,

    Tu savais si bien, si parfaitement tout organiser,

    Tout gérer de main de maître,

    On se reposais toujours sur toi, un peu ,,,beaucoup

     

    Aujourd'hui je suis sûre que quelque part la haut

    Tu continue de veiller sur nous

    Je veux le croire,

     

    Au revoir Maman, on se retrouvera là bas,,,

    ( texte personnel )

     

    Pour toi Maman quelque part ...

     

    Vivre et croire

    C’est aussi accepter que la vie contient la mort
    et que la mort contient la vie.
    C’est savoir, au plus profond de soi,
    qu’en fait, rien ne meurt jamais.
    Il n’y a pas de mort,
    il n’y a que des métamorphoses.
    Tu ne nous as pas quittés
    Mais tu t’en es allé au pays de la Vie,
    Là où les fleurs
    Plus jamais ne se fanent,
    Là où le temps
    Ne sait plus rien de nous.
    Ignorant les rides et les soirs,
    Là où c’est toujours matin,
    Là où c’est toujours serein.
    Tu as quitté nos ombres,
    Nos souffrances et nos peines.
    Tu as pris de l’avance
    Au pays de la Vie.
    Je fleurirai mon cœur
    En souvenir de toi,
    Là où tu vis en moi,
    Là où je vis pour toi.
    Et je vivrai deux fois…

    (Père André Marie)

     

    Pour toi Maman quelque part ...

     

     

    Hier, aujourd'hui, demain

    Nous avions ensemble fait tant de choses.
    Et voilà que maintenant tu nous quittes.
    Nous avons mangé, bu avec toi, nous avons partagé les soucis et les travaux quotidiens.
    Avec toi, nous avons partagé tant de projets et tant d’espoirs ;
    Il y a tant de choses encore que nous aurions voulu faire ensemble.
    Mais cela semble s’arrêter aujourd’hui et ce n’est plus ensemble
    que nous allons réaliser ce que tu espérais.
    Nous voudrions nous souvenir de toi, continuer de travailler à tout ce que tu attendais,
    à tout ce que tu espérais.
    Comme un mur, la mort nous sépare, de toi, comme le souffle du vent qui balaie les obstacles,
    notre amitié, notre affection et notre espérance s’en iront te rejoindre
    là où désormais tu nous attends
    près de Dieu.

                                                                                                (Anonyme)

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Décembre 2017 à 19:12

    Coucou ma Nathisa, c'est Françoise-Hélène

    Est-ce le hasard ou le fait que je devais découvrir ton blog qui m'a conduite jusqu'ici?

    Nul ne le sait...Et pourtant, je suis à là lire tes écrits pour ta maman disparue trop tôt.

    Ce que tu écris est bouleversant de tendresse et d'amour pour elle.

    Je ne te cache pas, que là, de l'autre côté de l'écran...  où tu ne me vois pas, mes larmes coulent sans retenue tant je suis bouleversée.

    Tu vois, si j'ose dire ainsi, tu as eu la chance de l'avoir auprès de toi longtemps, même si, pour toi c'est trop court.

    Elle vous a vu grandir, faire votre vie, et vu grandir vos enfants. Tu as partagé avec elle de merveilleux moments, des moins bons aussi, mais tous si précieux et qui remplissent ton cœur.

    Une maman, c'est inoubliable quelque soit l'âge que l'on a.

    Tu vois, la mienne a pris le train pour le paradis quand j'avais 6 ans, emmenant avec elle mes deux petites sœurs, après un accouchement difficile... Mais elle est toujours là  dans mon cœur, je n'ai jamais rien oublié de la tendresse et de son amour pour moi. Je l'ai vue lutter aussi contre l'adversité, faire son possible pour me protéger des coups que mon beau-père nous donnait chaque jour... Elle était si douce et si gentille. Et bien tu vois, ma maman est toujours là, près de moi, elle continue de me protéger de là où elle est, avec mes deux petites sœurs. Je ne sais pas comment le dire, mais je la sens toujours près de moi depuis qu'elle à pris ce train.

    N'oublie jamais ma gentille Nathisa, que l'invisible n'est visible qu'avec le coeur et que ta maman sera toujours avec toi, où que tu sois ou quoi que tu fasses, elle t'aime et te protège comme ma maman le fait pour moi.

    Je t'embrasse avec tendresse et affection

    Françoise-Hélène

      • Mercredi 27 Décembre 2017 à 21:50

        Oh ma Françoise-Hélène, ce que tu me racontes me touche au plus haut point. Ces mots j'ai tellement regretté de ne pas lui avoir dit de son vivant, j'avais besoin de le faire savoir. Comme ton enfance à du être difficile, une maman c'est tellement tout, moi j'ai perdu mon Papa à l'âge de 6 ans, il avait 41 ans et la maladie l'a emporté lui aussi. Il est toujours présent dans mon esprit même si mon beau-père à jouer un rôle important dans ma vie et est aujiurd'hui aussi important à mes yeux.

         

        Je t'embrasse affectueusement 

    2
    Samedi 30 Décembre 2017 à 12:32

    Tu vois ma Nathisa, toutes les deux on a le manque de nos parents. Et c'est vrai qu'on ne leur dit pas toujours les mots que l'on souhaiterait leur dire, peut-être par pudeur ou que l'on ose pas... Mais ce qui nous aide beaucoup sur la route que nous poursuivons c'est de les avoir dans notre cœur pour toujours et de savoir que de là où ils sont ils continuent de nous aimer et nous protéger.

    Je pense très fort à toi ma Nathisa et t'embrasse avec affection

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :